Archive mensuelle de mars 2016

Schizophrénie : les médias français épinglés pour mauvais traitement

 

Un article qui fait  référence à la maladie sur le mode caricatural ou métaphorique : tel est le constat accablant révélé par la première étude réalisée en France sur la représentation de la schizophrénie dans les médias.

Celle-ci, publiée par l’association PromesseS, co-fondatrice du Collectif Schizophrénies, à l’occasion du 14e Congrès de l’Encéphale à Paris, pointe « une dérive française étonnante vers des stéréotypes porteurs de sur-stigmatisation »….. lire la suite sur ;

fichier doc 2016 media schizo etude de PROMESSES

En bref   « l’image de la schizophrénie à travers le traitement médiatique » à partir de 1,3 millions d’articles- 2011-2015- dont 2 038 contenant le mot schizophrénie  40% au sens médical ; 60% sens métaphorique divers :

1.            Sujet ignoré, la pathologie est particulièrement mal traitée dans la presse

2.            La presse relaie globalement le cliché selon lequel le malade atteint de schizophrénie serait intrinsèquement dangereux*

3.            L’usage détourné du terme vers des métaphores stéréotypées, ciblé mais fréquent et largement dépréciatif, amplifie la tonalité négative du discours sur la schizophrénie.

ref : Cabinet L’Obsoco (Observatoire de la Société et de la consommation),  financée par deux entreprises du médicament, Sanofi et Ipsen : analyse lexicologique sur l’usage du terme schizophrénie avec Alceste, logiciel issu du CNRS

La santé mentale des jeunes

 

LA SANTÉ MENTALE DES JEUNES EN FRANCE – RÉSULTATS DE SONDAGE IPSOS

Pour la Fondation Pierre Deniker dévoilé dans le cadre des Semaines d’Information de la Santé Mentale

Pour la première fois en France, un sondage a examiné la perception des maladies mentales à la fois par les jeunes de 15-25 ans, les parents et les enseignants.

Réalisé par la Fondation Pierre Deniker, il confirme d’une part, que les troubles psychiques sont une préoccupation largement partagée par tous, en particulier par les jeunes, et d’autre part que les jeunes n’ont pas de réticence à parler des symptômes mentaux, y compris de type psychotique, qu’ils les concernent directement ou pas.

Les trois quarts des maladies mentales se déclarent avant l’âge de 25 ans, 80% des troubles psychotiques se révèlent entre 15 et 25 ans.

Leur dépistage précoce est …lire la suite ci dessous

fichier doc LA SANTÉ MENTALE DES JEUNES EN FRANCE RÉSULTATS DE SONDAGE IPSOS

LES SISM, L’ÉVÉNEMENT QUI PARLE DE LA SANTÉ MENTALE

 

Jacqueline Ilic  : Chargée de communication, Collectif National des SISM

 

LES SISM, L’ÉVÉNEMENT QUI PARLE DE LA SANTÉ MENTALE

 

Publication: 14/03/2016 11h17 CET Mis à jour: 14/03/2016 13h32 CET

 

Organisées depuis 27 ans, les Semaines d’information sur la santé mentale (SISM) permettent à la population, tous les ans en mars, de débattre sur la santé mentale lors d’événements variés. Les 27es SISM démarrent aujourd’hui sur le thème « Santé mentale et santé physique: un lien vital ». A cette occasion, revenons sur l’histoire de cet événement participatif qui mobilise de plus en plus de personnes.

 

Les SIMS, qu’est-ce que c’est? ….lire la suite sur

fichier doc 2016 SISM Jacqueline Ilic

 

 

PEUT-ON PREVENIR LES MALADIES PSYCHIATRIQUES DES L’ENFANCE?

 

 

Marie-Odile Krebs : Professeure de psychiatrie à l’université Paris Descartes, chef de service à Sainte-Anne/Inserm

 

Publication: 17/02/2016 06h54 CET Mis à jour: 17/02/2016 22h20

 

L’adage est vrai pour l’ensemble de la médecine, psychiatrie comprise: la prévention, prévenir l’apparition des maladies, est un bénéfice pour la population, pour nous tous. Une piqûre de rappel: un quart de la planète présentera un trouble psychiatrique dans sa vie (dépression, anxiété, psychose) et les troubles mentaux coûtent ensemble le double du coût des autres maladies du cerveau. Et les maladies psychiatriques débutent pour la plupart durant l’adolescence ou au début de l’âge adulte: typiquement 15-25 ans

Pourquoi ? L’adolescence constitue une période de très forte maturation cérébrale. De 15 à 25 ans, les connexions entre les neurones se réduisent améliorant efficacité et spécialisation, les gaines de myéline qui entourent les axones se développent, favorisant certains circuits, notamment le cortex frontal. Cette région du cerveau est le siège de nos raisonnements, de la flexibilité mentale qui nous permet de nous adapter à la situation, de contrôler des comportements non pertinents… Pendant ce temps, les circuits du plaisir sont suractivés sous l’influence hormonale, favorisant la recherche de sensation et l’exposition aux substances. Or, en plein remaniement, le cerveau est sensible aux substances (cannabis, alcool), au stress et autres facteurs d’environnement.

… lire la suite sur

 

2016.prévention Krebs Le Monde

 

 

 

 

HOSPITALOCENTRISME

article de  : Coline Garré  23.03.2016  dans  http://www.lequotidiendumedecin.fr

Schizophrénie : un collectif d’usagers dénonce l’hospitalocentrisme des soins

Créé en 2015 par six associations*, le Collectif Schizophrénies dénonce, dans le sillage de leur critique des médias présentée lors du dernier congrès de l’Encéphale, et à l’occasion de la 13e édition des journées francophones de la schizophrénie, « les tabous et contre-vérités » qui entourent cette maladie.

« Il n’y a jamais eu en France aucune action publique majeure en matière d’information générale du public et de lutte contre la stigmatisation », regrette le collectif, qui, lassé d’entendre le mot « schizophrénie » utilisé à mauvais escient, fait de l’information l’une de ses principales missions. Et de rappeler que la schizophrénie affecte 600 000 personnes en France et 3 à 5 millions en comptant les proches. « Seulement 10 % des Français savent que la schizophrénie a une base biologique qui implique le cerveau et n’est pas le produit de l’éducation ou d’un conflit familial », regrette le collectif dans sa profession de foi.

5 ans en moyenne de retard de diagnostic, et dérives sécuritaires

Le Collectif Schizophrénies déplore « des blocages persistants sur de nombreux pans de la prise en charge » des patients. Il chiffre à 5 ans en moyenne le retard de diagnostic, faute d’information suffisante des médecins, notamment sur les premiers symptômes. « La pose d’un diagnostic pour les jeunes enfants atteints de schizophrénie bien avant la tranche d’âge habituelle (notamment les moins de 16 ans) est quasi inexistante en France », lit-on.

Deuxième écueil, selon le collectif : un accès aux soins « aléatoire et brutal », souvent en urgence, en cas de crise, avec des pratiques variables d’un secteur à l’autre. « Lorsque les patients ne sont pas en état de consentir, les conditions de l’hospitalisation forcée ne sont pas toujours respectueuses de leurs droits, parfois dictées par la facilité du sécuritaire » dit le collectif.

Enfin, l’organisation des soins reste trop centrée sur l’hôpital, jugent les usagers, qui regrettent un manque d’ouverture sur les thérapeutiques non médicamenteuses, et l’insuffisance des structures d’accompagnement en matière sanitaire, scolaire ou professionnelle, en dehors de l’hôpital.

À la clef, les patients voient leurs droits bafoués et subissent une perte de chance, tandis que les crédits, « massivement consacrés aux hospitalisations », sont « mal optimisés », constate le Collectif.

*Schizo Oui, Schizo Espoir, PromesseS, Schiz’osent être, Schizo Jeunes, Solidarité Réhabilitatio

En savoir plus sur :

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2016/03/23/schizophrenie-un-collectif-dusagers-denonce-lhospitalocentrisme-des-soins_802236#sthash.QJzdEuda.dpuf

 

2016 SISMs

L’Unafam   s’engage dans les

27èmes Semaines   d’Information sur la Santé Mentale

Du 14 au 27 mars 2016

Les Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM) qui se dérouleront du 14 au 27 mars 2016 auront pour thème : « santé physique – santé mentale : un lien vital ». A cette occasion, l’Unafam organise plus de 450 manifestations dans toute la France métropolitaine et d’outre-mer : projections, ateliers, expositions, ciné-débats, concerts, théâtre, danse, marches, opérations portes ouvertes, tables rondes, conférences…

L’entourage familial qui accompagne au quotidien des personnes vivant avec des troubles psychiques constate combien les malades rencontrent le plus souvent au quotidien des difficultés propres à la notion de « mise en mouvement », que celle-ci soit physique ou psychologique. Prendre soin de soi au quotidien (nutrition, sommeil, activité physique…) est pourtant capital pour l’équilibre mental de chacun. Qu’importe le temps qu’on consacre aux démarches d’amélioration de l’hygiène physique, celles-ci permettent de renforcer l’estime de soi, le sentiment d’efficacité, la qualité de vie et de développer les liens sociaux.

« L’exercice physique agit sur les systèmes nerveux et endocriniens, qui sont intimement liés à la santé mentale. Les bienfaits de l’activité physique sur la santé mentale sont accrus lorsque celle-ci est pratiquée dans un contexte de groupe et lorsqu’elle se fait avec plaisir. Mais se mettre en mouvement  n’est  pas chose facile (action sédative des médicaments, symptomatologie négative de certaine maladie…). Aider les personnes en souffrance psychique à surmonter les obstacles et les mettre en contact avec les ressources existant dans la communauté, c’est favoriser le rétablissement d’un réseau social élargi et diversifié, et réduire les effets dus au stress et à la détresse psychologique.» souligne Marie-Jeanne Richard, Secrétaire du Comité scientifique de l’Unafam.

Le programme des événements organisés par et en partenariat avec l’Unafam pour les SISM est consultable sur notre site Internet : http://www.unafam.org/SISM-2016-Liste-des-Manifestations.html

En Ille et Vilaine ouvrir le fichier ci-dessous

fichier doc 2016 CP SISM Unafam 35

Semaine Internationale de la Santé Mentale 2016 à Rennes

Retrouvez le programme complet des Semaines d’Information sur la Santé Mentale sur :

Santementaleparlonsen.blogspot.com

Forum de la Semaine d’Information sur la Santé Mentale : retrouvez-nous de 11h à 17h samedi 12 mars pour découvrir de nombreuses activités physiques mais aussi artistiques et culturelles,  au Parc du Thabor

Vous avez des questions sur la santé mentale, sur les bénéfices de l’activité physique, sur l’importance de prendre soin de soi, de prendre du temps pour soi…Venez rencontrer des bénévoles et des professionnels autour de causeries et lors de différentes animations physiques et sportives proposées tout au long de la journée :

-11h20 : Gymnastique d’entretien

Une séance de 25 à 30 minutes comprenant échauffement, renforcement musculaire sur le haut du corps et étirements. Initiation animée par l’association Retraite enforme, membre de l’Office des Sports de Rennes et partenaire de «Bien dans son sport.

- 13h30 : Balade « Bien dans sa tête, bien dans ses pieds, bien dans sa ville » Une randonnée dans la ville au départ du Thabor. En chemin, découverte de lieux d’accueil et d’accompagnement : Centre d’Accueil Thérapeutique du Louis d’Or, l’association l’Autre Regard et Espoir35 où un goûter convivial sera partagé.

Contact : 35@unafam.org ou 02 99 53 88 93

-14h et 15h15 : Marche nordique : en marche vers le mieux-être

Au sein du parc du Thabor, 3 mini-circuits de 45 minutes, ponctués de pauses anti-stress, pour découvrir une activité physique particulièrement adaptée aux personnes éloignées des pratiques sportives et désireuses de mieux vivre. Animée par l’association ZENTONIC, membre de la Fédération Sport-Santé FFEPGV et de l’Office des Sports. Réservation conseillée au 06 71 26 90 04

-14h20 : Salsa Fievra

Au kiosque du parc du Thabor, animation festive autour de danses latines (Salsa, Bachata…) et d’activités de remise en forme latino. Musique et bonne humeur seront au rendez-vous.

Initiation animée par l’association Salsa Fievra, membre de l’Office des Sports de Rennes et partenaire de «Bien dans son sport».

-16h20 : Gym Suédoise

Pratiquée sur des musiques entraînantes, la Gym Suédoise® est un sport complet, qui allie cardio, renforcement musculaire, coordination et stretching.

Venez tester une activité physique douce et dynamique ! Initiation animée par la Gym Suédoise Ille-et-Vilaine, association affiliée à la Fédération de Gym Suédoise, membre de l’Office des Sports de Rennes et partenaire de «Bien dans son sport».

 Et aussi : Dès 14h une artiste sera présente pour réaliser une sculpture à partir de vos mots sur la santé mentale, à 16h un spectacle de marionnettes, des dégustations et boissons chaudes tout au long de l’après-midi.

Rendez-vous devant le restaurant La Terrasse du Thabor

 

 




Blog du niveau intermédiaire |
Nazablog |
LA ROUTE DE L'EPOUVANT... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | CGT Ligue de l'enseign...
| Centre Social et Culturel F...
| Mujeresdelmundo