Les personnes atteintes de schizophrénie revendiquent leurs droits

Sur Vivre FM le 3 février 2017

http://www.vivrefm.com/podcasts/fiche/12904/les-personnes-atteintes-de-schizophrenie-revendiquent-leurs-droits

Les personnes atteintes de schizophrénie revendiquent leurs droits

Invité : Marion Paoli, membre du conseil d’administration de l’association Promesses

Le collectif Schizophrénie appelle les candidats à l’élection présidentielle à publier un programme sur la santé mentale. Il appelle à signer une pétition est en ligne.

A quelques mois des élections présidentielles, les associations de malades et de leurs proches s’inquiètent que le sujet de la santé mentale demeure absent des programmes électoraux, alors que plus de 2 millions de personnes en France vivent avec des troubles psychiques sévère, soit 10 à 16 millions de personnes impactées.

Aujourd’hui les troubles de santé mentale placés par l’OMS au deuxième rang des causes mondiales de handicap pourraient occuper le premier rang à l’horizon 2020.

Ce silence efface des millions de personnes, il illustre parfaitement la très grande stigmatisation des troubles psychiques.

Ce désintérêt de la classe politique serait-il inhérent à la France ? on pourrait le penser à la lecture de la presse étrangère, tout dernièrement Madame la Ministre, Theresa May, a annoncé des plans du gouvernement Anglais pour lutter contre la stigmatisation associée à la maladie mentale et demande le retour d’expérience des personnes concernées.

On se souvient qu’en Octobre, Hillary Clinton annonçait dans son programme électoral, un ambitieux plan pour la santé mentale.

La santé mentale est un problème de société majeur ; les personnes qui vivent avec ces difficultés ne doivent pas être laissées sur le bord de la route, les accompagner va bien au delà du sanitaire, les familles les acteurs de terrain savent bien que cela relève aussi de l’organisation de la société, des politiques de logement, d’éducation, du pénal ……….

PromesseS : une association de proches

L’Association PromesseS rassemble toutes les personnes qui, touchées par la schizophrénie d’un proche, et ont suivi le programme de formation des familles « ProFamille ». Considérant qu’il leur a changé leur vie, elles veulent le soutenir et participer à son développement.

PromesseS se mobilise aussi pour la dé-stigmatisation des schizophrénies, et participe au « Collectif Schizophrénies » avec d’autres associations, pour porter une voie forte et unie au service de l’amélioration des soins et de la prise en charge des personnes atteintes.

Les associations membre du collectif Shizophrénie : Shizo? oui!, Shizo espoir, Schiz’osent être, Schizo Jeun’s, Solidarité Réhabilitation

Le rôle clé de la psychoéducation des patients schizophrènes

La schizophrénie est un trouble mental qui peut toucher, selon les études, entre 0,3 et 1 % de la population à un moment de sa vie.
Environ un quart des épisodes schizophréniques isolés n’évoluent pas. Les autres évoluent vers une maladie chronique qui nécessite un traitement. Le caractère chronique de la maladie a des répercussions importantes sur la vie quotidienne et la qualité vie des personnes qui en souffrent.

En Allemagne, une initiative est née sous forme d’un réseau d’institutions et de fournisseurs de services de la région de
Basse-Saxe qui met l’accent sur la psychoéducation et le travail interdisciplinaire. Avec cette initiative, les médecins spécialisés et … lire la suite sur :

fichier pdf psycho éducation article psycom

janvier 2017

Psychiatrie des mineurs : la grande oubliée ?

 

 

Le Sénat a lancé une mission d’information autour de l’offre de soins en matière de santé mentale des mineurs.

L’objectif de cette mission est  de mieux comprendre la souffrance chez les jeunes, afin de dépister et diagnostiquer plus rapidement ces troubles.

Pour cela, il faudra une meilleure formation des professionnels, et également pour bien faire la différence entre un enfant en souffrance sociale et un enfant qui pourrait présenter une maladie psychiatrique

La mission d’information sera marquée par des déplacements dans les centres spécialisés partout en France, et des auditions de professeurs et médecins.

Parmi eux, Marie-Rose Moro, professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, chef de service à l’université Paris-Descartes. Auteur d’un rapport sur le bien-être et la santé des jeunes, elle souligne la nécessité d’une telle mission au Parlement. « C’est une question de société » explique-t-elle. « Les études montrent que le mal-être chez les jeunes augmente, et qu’on tolère moins cette souffrance, et avec raison. Aujourd’hui on a plus tendance à se demander s’il y a de la souffrance, et si oui, si elle peut être soignée ».

En savoir plus avec vidéos :

https://www.publicsenat.fr/article/politique/psychiatrie-des-mineurs-la-grande-oubliee-52590

l’emploi accompagné et personne en situation de handicap

 

l’emploi accompagné un  dispositif qui a été généralisé par la loi du 8 août 2016 (dite loi « Travail ») et le décret du 27 décembre 2016 pris pour son application. Il s’applique, dans le cadre fixé par ces textes, depuis le 1er janvier 2017.

L’emploi accompagné est un dispositif d’appui pour les personnes en situation de handicap destiné à leur permettre d’obtenir et de garder un emploi rémunéré sur le marché du travail.
Sa mise en œuvre comprend un soutien et un accompagnement du salarié ainsi qu’un appui et un accompagnement de l’employeur.

  • En quoi consiste le dispositif d’emploi accompagné ?
  • Comment est-il mis en œuvre ?
  • POUR ALLER PLUS LOIN

En savoir plus sur   http://travail-emploi.gouv.fr/emploi/insertion-dans-l-emploi/recrutement-et-handicap/article/le-dispositif-de-l-emploi-accompagne

Bilan 2016 UNAFAM35

le 26 janvier 2017 à la maison associative de la santé l’unafam35 a présenté son bilan d’activité 2016 ainsi que le bilan financier à ses  adhérents et sympathisants

ouvrir le lien ci joint   Bilan activité 2016 AA

Perspectives et actions 2017

  1. Pérenniser les  actions existantes, tout particulièrement celles de soutien aux  familles, s’organiser pour avoir plus de      permanences, plus de groupes de parole, plus de formations ; plus de      café rencontre …etc.  ce qui   implique plus de bénévoles.
  2. Dynamiser les territoires  de Redon ; Fougères
  3. À ce jour l’UNAFAM35 accueille des familles concernées par des proches  « adultes », se donner les moyens de compétences spécifiques pour accueillir les parents d’enfants et d’adolescents.
  4. Réfléchir à une formation  pour certains  professionnels (mairie, bibliothèque, SNCF …etc.) pour un accueil adapté vis-à-vis des personnes en fragilité      psychiques
  5. S’investir davantage dans la  problématique de l’emploi,  l’UNAFAM35 a intégré le copil de l’’ARESAT Association Régionale des ESAT de Bretagne/ ESAT  Etablissement et Service d’Aide par le Travail   http://www.differentetcompetent.org/
  6. S’engager davantage dans le fonctionnement de la nouvelle Maison Des Usagers du CHGR
  7. Suivre la construction du  nouvel hôpital psychiatrique à Saint Malo
  8. Accompagner  les 6 GEMs  du département 35 entre autre le nouveau GEM de vitré.
  9. Suivre  à la mise en œuvre du  projet ARS-ANAP « Parcours en psychiatrie et santé mentale »
  10. S’impliquer  dans les Conseils Locaux de Santé Mentale CLSM mis en place dans les villes Rennes ; St Brieuc et      St Malo
  11. Connaitre      et mettre en œuvre au sein de la  MDPH du 35 le nouveau guide  d’évaluation du handicap psychique 2017
  12. Participer      au sein de la MDPH35 aux nouveaux dispositifs de  la mission Dessaule : Une réponse accompagnée pour tous, c’est-à-dire la      mise en œuvre du rapport Piveteau (juin 2014) qui propose le « zéro sans      solution » ou le devoir collectif de permettre un parcours de  vie sans rupture pour les personnes en situation de handicap/GT collectif      handicap 35
  13. Développer la notoriété de l’UNAFAM35 par des actions  de communication diversifiées (vers familles, médecins généralistes, CMP, tout public  …etc.)
  14. Développer les cafés- rencontre, le prochain 28 février sur le thème MDPH, droits des  usagers
  15. Organisation de la  journée rencontre UNAFAM Bretagne est prévue fin de l’année 2017 sur le  thème de      la  fratrie (Hélène Davtian) et  les grands parents …
  16. Organisation avec Espoir 35 d’une rencontre débat pour les personnes intéressées par les mesures de protections juridiques avec la directrice des services de l’ATI Rennes
  17. Participation  aux SISM Semaine d’information sur      la santé mentale du 14 au 27 mars 2017, thème : « Travail et santé mentale »
  18. 18.  Se faire connaitre …Plus d’adhérents et renforcer l’équipe des bénévoles
  19. Agir et  convaincre l’ARS Bretagne pour avoir un salarié UNAFAM Régionale en appui au travail administratif des départements

                                                      … ETC

Consultable dans le site de l’UNAFAM

Interview Véronique Bustreel (paralysés de france)/ Roseline Touroude (Vice-présidente de l’UNAFAM)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le 15 décembre 2016, 3 Questions à Mmes Véronique BUSTREEL (Association des paralysés de France) et Roseline TOUROUDE, Vice-présidente de l’UNAFAM, auditionnées par la Commission temporaire du CESE  « Les conditions de mise en place d’un revenu minimum universel garanti », dans le cadre de la saisine : « Revenu minimum social garanti

les enjeux du handicap aujourd’hui sont la mise en œuvre effective de l’accès aux droits inscrits dans la loi de 2005 et dans la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées  (CIDPH) que la France a ratifiée en 2010,

Le constat est que nous sommes loin du compte aujourd’hui, qu’il y a de grandes disparités territoriales et que beaucoup reste à faire.

En ce qui concerne l’AAH, nous demandons à ce que cette allocation sorte du champ des minima sociaux pour devenir un vrai revenu d’existence pérenne pour les personnes en situation de handicap.

Plus particulièrement pour le handicap psychique nous demandons une juste évaluation des situations de handicap psychique, une prise en compte de ce handicap dans les textes règlementaires d’éligibilité, des attributions d’AAH1 (avec un taux d’incapacité de 80%)  sur de longues périodes pour éviter les ruptures.

L’histoire de la découverte des neuroleptiques et des antipsychotiques

 

[Huffington Post]

Certaines recherches qui ont conduit à la découverte de nouveaux médicaments sont issues de

circonstances fortuites, d’heureux hasards, de «sérendipité» (traduction libre du terme anglais : serendipity) et nous

fournissent de belles anecdotes. D’autres, beaucoup plus nombreuses, ne sont le fruit que du labeur tenace et audacieux

de chercheurs obstinés. C’est précisément le cas de la découverte de l’olanzapine par les docteurs Jiban Chakrabarti,

David Tupper et Terry Hotten, chercheurs pour la pharmaceutique Eli Lilly et Compagnie.

 

lire l’article ci dessous :

fichier pdf file

Enquête de l’UNAFAM

Enquête sur les attentes des usagers de la psychiatrie pour la défense de leurs droits et intérêts : les résultats

Depuis sa création en 1963, des bénévoles de l’Unafam (tous concernés par la maladie d’un proche) assurent la représentation des familles ainsi que des personnes malades qui ne sont pas en état de se défendre par elles-mêmes du fait de leur maladie.

2250 représentations ont été assurées par l’Unafam sur l’ensemble du territoire en 2015 au niveau départemental, régional et national dans les instances médicales, médico-sociales et sociales*.

Le nombre de ces mandats étant exponentiel (+50 % entre 2014 et 2015), l’Unafam a voulu par cette enquête, s’assurer que les positions qu’elle défend correspondent bien aux attentes des personnes concernées par la maladie psychique et de celles des familles.

La représentation étant une mission qui nécessite une formation et des connaissances particulières, l’Unafam forme ses bénévoles au début de leur mandat, et veut assurer une formation continue. Cette enquête leur permettra de s’appuyer sur des résultats tangibles et renforcera leur mission de défense des intérêts des usagers.

« In fine ce sont les 2 millions de personnes vivant avec des troubles psychiques en France ainsi que leurs proches (environ 3 millions de personnes) qui en bénéficieront » déclare Béatrice Borrel, Présidente de l’Unafam.

L’enquête en ligne a été menée avec le concours de Médiaprism auprès de 12000 familles de l’Unafam. 2807 ont répondu.

fichier pdf Presentation_enquete_Unafam_sur_la_defense_des_droits_et_interets_des_personnes_malades_psychiques_vue_par_leur_entourage-2

A retrouver sur le site UNAFAM

 

 

 

 

 

 

Le handicap psychique grande cause nationale 2017

 Handicap psychique, enfin des mesures concrètes !

Lors du Comité Interministériel du Handicap qui s’est réuni vendredi 2 décembre, Manuel Valls a réaffirmé la nécessité de repenser et renforcer la politique du handicap en France, afin de « faciliter la vie » des personnes concernées et de leurs accompagnants : « Il faut cesser de voir les handicaps simplement comme des déficits à compenser, cesser de penser uniquement en termes de structures dédiées et agir surtout pour que les personnes handicapées soient accueillies partout ».

L’Unafam souligne les mesures concrètes prises en faveur de la prise en charge du handicap psychique, notamment dans le volet intitulé «mieux prendre en compte le handicap psychique» :

Des mesures concernant l’habitat :

Pour répondre à la demande des personnes en situation de handicap psychique, d’une meilleure autonomie et d’une inclusion pleine et entière dans la cité à travers l’accès et le maintien dans un logement autonome, il a été annoncé :

La création de 800 places au sein de résidences accueil dès 2017, et deux mesures pour développer l’habitat partagé : l’une pour faciliter et encadrer la mise en commun de la PCH1, et une deuxième, complémentaire, concernant la mise en place d’une aide spécifique pour couvrir les dépenses de coordination et de gestion de cet habitat partagé. Mesures à suivre attentivement puisqu’expérimentales en 2017, sur des crédits encore incertains.

lire la suite dans le fichier ci dessous

fichier pdf CP_Unafam_CIH_2_decembre_2016

Alerte Uniopss : Santé Mentale !

 Impulsé par le mouvement de désinstitutionalisation, l’enjeu de l’accompagnement en psychiatrie s’est déplacé de l’hôpital à la cité. C’est dans la cité, et avec le secteur social et médico-social, que cet accompagnement doit être pensé, non plus seulement avec les médecins, l’hôpital, et le cadre de l’institution. Pour les personnes souffrant de troubles psychiques au long cours, la maladie et le handicap sont en effet intégrés. Cette transition ne peut se faire sans modification profonde de notre système, sans politique de santé mentale globale et cohérente en France. Elle doit prendre en compte les droits fondamentaux des personnes en souffrance psychique et en situation de handicap psychique.

lire ci dessous les  8 propositions du  collectif santé mentale de l’Uniopss*

fichier pdf santé mentale S Neuville

 

*Uniopss (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires  et sociaux) unit, défend et valorise le secteur non lucratif de solidarité.

http://www.uniopss.asso.fr/

 

123456...16



Blog du niveau intermédiaire |
Nazablog |
LA ROUTE DE L'EPOUVANT... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | CGT Ligue de l'enseign...
| Centre Social et Culturel F...
| Mujeresdelmundo